Le manifeste de monsieur antipyrine – 1916

Le dadaïsme comporte une multitude de manifestes reflétant bien la pensée du mouvement.
Le manifeste de monsieur antipyrine fut lu à la première manifestation Dada à Zurich (salle Waag) le 14 juillet 1916. Paru dans La Première Aventure céleste de M. Antipyrine et dans Littérature, n°13, mai 1920.


DADA est notre intensité : qui érige les baïonnettes sans conséquence la tête sumatrale du bébé allemand ; Dada est la vie sans pantoufles ni parallèles ; qui est contre et pour l’unité et décidément contre le futur ; nous savons sagement que nos cerveaux deviendront des coussins douillets, que notre antidogmatisme est aussi exclusiviste que le fonctionnaire et que nous ne sommes pas libres et crions liberté ; nécessité sévère sans discipline ni morale et crachons sur l’humanité.

DADA reste dans le cadre européen des faiblesses, c’est tout de même de la merde, mais nous coulons dorénavant chier en couleurs diverses pour orner le jardin zoologique de l’art de tous les drapeaux des consulats.

Nous sommes directeurs de cirque et sifflons parmi les vents des foires, parmi les couvents, prostitutions, théâtres, réalités, sentiments, restaurants. ohi oho, bang, bang.

Nous déclarons que l’auto est un sentiment qui nous assez choyé dans les lenteurs de ses abstractions et les transatlantiques et les bruits et les idées. Cependant nous extériorisons la facilité, nous cherchons l’essence centrale et nous sommes contents pouvant la cacher ; nous ne voulons pas compter les fenêtres de l’élite merveilleuse, car DADA n’existe pour personne et nous voulons que tout le monde comprenne cela, car c’est le balcon de Dada, je vous assure. D’où l’on peut entendre les marches militaires et descendre en tranchant l’air comme un séraphin dans un bain populaire pour pisser et comprendre la parabole.

DADA n’est pas folie, ni sagesse, ni ironie, regarde-moi, gentil bourgeois.

L’art était un jeu noisette, les enfants assemblaient les mots qui ont une sonnerie à la fin, puis ils pleuraient et ciraient la strophe, et lui mettaient les bottines des poupées et la strophe devint reine pour mourir un peu et la reine devint baleine, les enfants couraient à perdre haleine.

Puis vinrent les grands ambassadeurs du sentiment qui s’écrièrent historiquement en chœur :

Psychologie Psychologie hihi
Science Science Science
Vive la France
Nous ne sommes pas naïfs
Nous sommes successifs
Nous sommes exclusifs
Nous ne sommes pas simples
et nous savons bien discuter l’intelligence.

Mais nous, DADA, nous ne sommes pas de leur avis, car l’art n’est pas sérieux, je vous assure, et si nous montrons le crime pour dire doctement ventilateur. c’est pour vous faire du plaisir, bons auditeurs, je vous aime tant, je vous assure et je vous adore.

– Tristan Tzara cit. Œuvres complètes, Flammarion, 1975 (pp.357-358)


 
Consulter les sept manifestes dada (1916-1920)
 

Soumettre un commentaire