Inside the White Cube – Yann Sérandour

Inside the White Cube – Edition palimpseste, 2009
Editions française et anglaise.
L’édition anglaise est sous-titrée Inside the White Cube – Overprinted Edition
84 pages (45 illustrations en bichromie). 26,7 x 26,7 cm.
Design et introduction de : Jérôme Saint-Loubert Bié. Notices rédigées par Yann Sérandour.
Publié par Jrp – Ringier dans la collection Christoph Keller. Diffusion : Les presses du réel

 

« Sur la couverture du livre, apparaît Inside the White Cube, soit le titre d’un texte de Brian O’Doherty puis, Yann Sérandour, le nom de l’artiste. Ce dernier se trouve associé à un texte dont il n’est a priori pas l’auteur mais, à ce stade, passe pour l’être. À moins que ce ne soit un emprunt et que le contenu du livre fasse référence à son auteur véritable. La mention Édition palimpseste du sous-titre apporte un éclairage quant à la nature de la proposition de l’artiste. Elle vient s’ajouter à l’existant, procédant par effacement et recouvrement du texte de O’Doherty.

Ce principe se devine d’emblée. La couverture du numéro de mars 1976 de la revue américaine Artforum est imprimée en filigrane sur celle du livre. Dans un sens qui contrarie celui de la lecture (de haut en bas) apparaissent un paragraphe de texte, un code barre tronqué, un nom d’éditeur, JRP Ringier, et un titre, White Cube, L’espace de la galerie et son idéologie puis le nom de son auteur présumé, Brian O’Doherty. En quatrième de couverture, les mêmes éléments annoncent la suite du programme tout en apportant des précisions : la signature de l’ouvrage est distribuée entre Jérôme Saint-Loubert Bié, le graphiste et Yann Sérandour. Il est aussi fait mention de l’appartenance à la collection Christoph Keller. Le texte de cette quatrième consiste en une exergue de Gérard Genette, un extrait de Brian O’Doherty et un autre de Christoph Keller. Un code barre, usuel celui-là, semble être celui du présent ouvrage tandis que d’autres fragments d’un autre code barre sont placés près du bord supérieur de la couverture. La police de caractères utilisée pour l’ensemble de la publication est celle de l’édition américaine des textes de O’Doherty, Méridien, dessinée en 1957 par Adrien Frutiger.

Inside_the_White_Cube_Yann_Serandour_01Inside_the_White_Cube_Yann_Serandour_02Inside_the_White_Cube_Yann_Serandour_03Inside_the_White_Cube_Yann_Serandour_04Inside_the_White_Cube_Yann_Serandour_05

Le format et la mise en forme du livre sont déterminés par les supports de diffusion du texte auquel il renvoie : la revue Artforum qui publia les articles de 1976 à 19816 donne son format à la publication, celui de l’édition américaine de 1986 (les trois premiers essais) puis de l’anthologie de textes en 1999 (les quatre essais) correspond à l’aplat blanc sérigraphié sur la couverture et sur les pages intérieures, et le papier lui-même est celui de l’édition française de 2008. Chaque page du présent livre comporte le texte et les images de l’édition française, comme si le reliquat des feuilles imprimées était remployé, servant de nouvelle base. L’ensemble de ces informations et rudiments est délivré pas le graphiste dans un texte d’intention qui ouvre la publication. Faisant partie de l’instance préfacielle, ce texte de Jérôme Saint-Loubert Bié énonce l’origine et les principes de la publication sous-tendus par un principe majeur et central de l’œuvre de Yann Sérandour, c’est-à-dire les intérêts de l’artiste pour ‹ la lecture et le livre › ainsi que sa démarche ‹ interstitielle et mimétique ›.

Avec ce projet de publication, Yann Sérandour propose une mise en œuvre de ce qu’il désigne comme une lecture relationnelle, c’est-à-dire répondant au principe connu de tout lecteur : un livre renvoie toujours, et infiniment, à d’autres. Ici, il s’agit de différentes versions d’un seul et même texte. C’est donc la circulation des textes de O’Doherty à propos du white cube, d’une langue à une autre et pendant plusieurs décennies, qui est ici synthétisée. Le terme palimpseste évoque, à juste titre, l’idée de recouvrement et donc d’un foisonnement, même dissimulé. Paradoxalement, le livre entreprend de ménager du vide, et donc du blanc, pour y présenter le travail de l’artiste selon le principe d’une monographie. » […] (Céline Chazalviel cit. t-o-m-b-o-l-o.eu)

Accéder à la suite de l’article.

Inside_the_White_Cube_Yann_Serandour_06Inside_the_White_Cube_Yann_Serandour_07Inside_the_White_Cube_Yann_Serandour_08Inside_the_White_Cube_Yann_Serandour_09Inside_the_White_Cube_Yann_Serandour_10