William Addison Dwiggins

« À partir des années 1920, l’Américain William Dwiggins a été un des premiers à ouvrir un champ de nouvelles possibilités selon une approche traditionaliste imprégnée de modernisme. »
– cit. étapes : 218 – Mars 2014

 

« […] Dwiggins, élève d’un autre créateur de caractères américain tout aussi célèbre et exceptionnel, Frederic W. Goudy, commença à se consacrer aux alphabets assez tardivement dans sa vie. Certains des caractères les plus célèbres de Dwiggins sont le sans empattement Metroblack (1929— 30) ; l’Electra (1935-49), caractère de labeur aux caractéristiques résolument modernes ; le Caledonia (1938), une police d’influence écossaise ; et l’Eldorado (1953), une police à empattement inspirée d’une lettre espagnole du XVᵉ siècle ; tous produits et distribués par la compagnie Mergenthaler Linotype de New York. « Fils de médecin, William Addison Dwiggins est né à Martinsville, dans l’Ohio, en 1880. À l’âge de dix-neuf ans, il partit s’installer à Chicago pour étudier l’art à l’école d’illustration Frank Holme. C’est là qu’il rencontra Goudy, commença à s’intéresser au dessin de caractères et effectua divers travaux pour des publicitaires. En 1903 [avec son épouse Mabel], il revint s’installer à Cambridge, dans l’Ohio, et ouvrit une petite imprimerie, mais cela s’avéra insuffisant pour lui permettre de gagner sa vie. Lorsque Goudy annonça son intention de partir vers l’est pour s’installer à Hingham, dans le Massachusetts, et invita Dwiggins et son épouse à se joindre à lui dans cette aventure, Dwiggins accepta et c’est là qu’il vécut jusqu’à sa mort en 1956. »

William-Addison-Dwiggins-DROLL-STORIES-Honore-de-BALZAC-1932
William-Addison-Dwiggins-Strange Case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde-1929
William-Addison-Dwiggins-time-machine

WAD travailla pour de nombreux éditeurs de renom tels que Random House, Lakeside Press et Alfred Knopf, pour qui il conçut plus de trois cents ouvrages. Pendant cette période, Dwiggins s’imposa incontestablement comme l’une des plus grandes figures de la conception de livres aux États-Unis. Il a laissé le souvenir d’un homme généreux, très sympathique, large d’esprit et plein d’humour. Un véritable magicien, qui était également calligraphe prolifique, typographe, illustrateur, marionnettiste passionné et fabricant de marionnettes, scénariste et auteur. Comme l’a écrit Dwight Agner, « William Addison Dwiggins était un homme qui s’intéressait à de nombreux sujets et qui avait beaucoup de talents et de passions. » Il aimait faire des plaisanteries, était doté d’une imagination fertile et utilisait des pseudonymes. L’un d’eux était le Dr Hermann Püterschein. Le Dr Püterschein supervisait la Société des Calligraphes, un club fictif qui existait uniquement dans l’imagination de Dwiggins. […] Walter Tracy, dans Letters of Credit, présente Dwiggins comme « le seul designer américain ayant créé une police sans empattement présentant un quelconque intérêt ». Le don de Dwiggins pour la création de lettres naquit d’une pratique de longue date de la calligraphie, de l’écriture manuelle destinée à la publicité, ainsi que de la typographie pour les livres et les publications. WAD était un créateur qui respectait les valeurs traditionnelles de l’esthétique. Américain par essence, né dans le Middle West, il n’adopta jamais le modernisme importé d’Europe. Il était attaché à ses règles personnelles auxquelles il croyait et selon lesquelles il vivait. […] Dans un article publié dans le magazine Emigre, M. Keedy présente WAD comme « un créateur qui traduisait les valeurs et l’esthétique en une sensibilité moderne. Il expérimentait inlassablement les formes, tirait son inspiration des cultures orientales, de l’histoire et de la nouvelle technologie. »

– cit. Typographische Monatsblätter 2007 –
Spécimen typographique du Metro, 1927 (Eye. 23/96).
Spécimen typographique du Metro, 1927 (EYE 23/96).

William-Addison-Dwiggins-Metro-Medium-No.-2-with-Metro-Thin-No.-2-1940
 
« Le Caledonia (1938), du designer américain William A. Dwiggins, est l’une de mes vieilles amours. Cette fonte inspirée des caractères regroupés sous le nom de « Scotch » créés à Edimbourg dans les années 1810 et 1820, fut introduite aux États-Unis en 1837. Les formes du Caledonia se sont à ce point confondues avec celles de Dwiggins que leur origine écossaise n’ést plus qu’un lointain souvenir. En 1929, Dwiggins, alors âgé de 49 ans, passe un contrat avec Linotype et devient dessinateur de caractères après avoir déjà été typographe et publicitaire, et avoir déjà signé de nombreux caractères typographiques. En 1930 la conception de marionnettes s’ajoute par ailleurs à son répertoire. En effet, certains de ses amis voulaient créer un théâtre de marionnettes. Dwiggins se montra bien vite disposé à leur en fabriquer, cette activité étant devenue l’un de ses hobbys. Les traits des visages de ses premières marionnettes étaient doux et arrondis et Dwiggins constata que le public ne voyait presque rien à cause de l’éclairage et de la distance qui séparaient la scène du public. Il veilla donc à partir de ce moment-là à marquer plus fortement les traits de ses marionnettes. Les joues et l’avant du visage étaient séparés par des arêtes assez vives. L’éclairage et la distance atténuèrent bien entendu les traits du visage, mais ceux-ci conservèrent toute leur expressivité.

Dwiggins était un créateur inventif et ludique. Il a conçu à partir de cette expérience la formule M (« M » pour marionnette) et a appliqué ces principes à tous ses caractères typographiques, tout d’abord pour une création expérimentale en 1937 et peu après pour le Caledonia. Son objectif était de conserver au texte sa netteté et son dynamisme, même dans les petits corps entre 8 et 12 points. Dans le cas du Caledonia, cette caractéristique s’observe dans les parois intérieures de certaines panses, par exemple dans le « h », dont la courbe extérieure est très longue et traîne avant de passer à la verticale, tandis que la panse intérieure, parvenue en haut à droite, dessine un coude assez brusque. »

– Gerard Unger cit. Pendant la lecture
"Steps in the Development of Caledonia", 1939 (EYE 23/96).
« Steps in the Development of Caledonia », 1939 (EYE 23/96).

William Addison Dwiggins sera le premier à utiliser l’expression anglaise graphic designer (concepteur graphiste), en 1922. Il l’emploiera une seule et unique fois dans un article intitulé New Kind of Printing Calls for New Design, préférant plutôt une variété de termes comme printing art, commercial art, graphic art et advertising art. Le terme graphic design se propagera internationalement qu’à partir des années 1950.


Plus de ressources sur William Addison Dwiggins :

→ De nombreuses images et ressources sur letterformarchive.org
→ Différents articles sur : paulshawletterdesign.com, luc.devroye.org, booktryst.com
→ Consulter l’article de Steven Heller W. A. Dwiggins : Master of the book
→ Consulter l’ouvrage WAD to RR: A Letter about Designing Type
→ Consulter l’article The Type Designs of William Addison Dwiggins, par Vincent Connare
→ Un aperçu de l’ouvrage Typographic Treasures: The Work of W. A. Dwiggins
→ Différents specimens sur dailytypespecimen.com
→ https://www.flickr.com/photos/interrobang918/sets/72157645132406162
→ Consulter l’ouvrage Graphic Design: A Visual Guide to the Language
→ Consulter l’ouvrage William Addison Dwiggins: Stencilled Ornament and Illustration
→ Consulter l’ouvrage Design History: An Anthology



William-Addison-Dwiggins-livres-gargantua-1936William-Addison-Dwiggins-livres-gargantua-1936-sketchWilliam-Addison-Dwiggins-livres-gargantua-1936-sketch-02William-Addison-Dwiggins-couverture-Direct-Advertising-1916William-Addison-Dwiggins-two-comps-for-the-cover-of-Atlantic-Monthly-1929,William-Addison-Dwiggins-Original-lettering-package-Warren-s-Paper1925William-Addison-Dwiggins-Original-lettering-brochure-1930William-Addison-Dwiggins-Alphabet-stencils-from-Stencilled-Ornament-and-Illustration-1979-01William-Addison-Dwiggins-Alphabet-stencils-from-Stencilled-Ornament-and-Illustration-1979-02William-Addison-Dwiggins-Eldorado-1944William-Addison-Dwiggins-books-coverWilliam-Addison-Dwiggins-Slipcase-for-Warren-s-Standard-Printing-Papers-1928William-Addison-Dwiggins-marionnettes-1970William-Addison-Dwiggins-at-workWilliam-Addison-Dwiggins-monogram-WAD