Sarah Garcin – Expérimentation graphique vs diffusion et lisibilité

La jeune designer graphique Sarah Garcin est l’auteure d’un mémoire de diplôme intitulé Expérimentation graphique vs diffusion et lisibilité, réalisé à l’ENSAD en 2014 sous la direction de Catherine de Smet.

Sarah-Garcin-Experimentation-graphique-vs-diffusion-et-lisibilite-bibliotheque-index-grafik

« Les magazines de design graphique sont des ressources théoriques et graphiques importantes. Documents de l’histoire du design graphique, ils ont contribué à écrire cette histoire. Bien que destinés à un public spécialisé, ces publications sont nombreuses et il est difficile d’en dresser une liste exhaustive. Aussi, j’ai choisi de restreindre le champ de mon étude aux publications de design graphique éditées et mises en page par des designers graphiques, parues depuis 19841, qui se sont distinguées, par leur importance, leur influence ou leur singularité. Ces publications ont souvent été associées à la notion de graphiste-auteur. Le terme ‹ graphiste-auteur › est apparu au milieu des années 90, avec le texte manifeste de Michael Rock ‹ Le graphiste-auteur ›. Il définissait une nouvelle manière de parler du rapport graphiste/commanditaire. Les designers graphiques étaient alors à l’origine du message, apposant une signature, un style. Différentes publications de la fin des années 1980, début des années 1990, ont adopté ce parti pris ; Les magazines Octavo, Emigre et Fuse témoignent du regard du designer graphique sur les aspects contemporains de la culture, des nouveautés technologiques et de la socio-politique. Déjà dès le milieu du 20ᵉ siècle, sont apparues des revues comme Caractère, Push Pin Graphic, Dot Zero, Portfolio, Hard Werken, U&LC ou Typographica . Ce type de publication se rapproche fortement de la définition du fanzine.

Un fanzine (contraction de fanatic magazine) est une publication imprimée périodique ou non, institutionnellement indépendante, créée et réalisée par des amateurs passionnés pour d’autres passionnés. Ce type de publication est fortement ancré dans la philosophie DIY (Do it Yourself), popularisée par le mouvement punk.

Dans le cas présent, ce sont des graphistes professionnels qui documentent le design graphique et son histoire. Ainsi le design de la revue est construit afin de répondre au contexte dans lequel il est publié. Pour le graphiste, le format « revue » est un formidable terrain d’expérimentation. D’une part, parce c’est une publication périodique, donc qui s’inscrit dans un temps court, et une logique de répétition ; d’autre part, parce qu’elle est en constante évolution, puisqu’elle reflète les préoccupations d’une société à un moment donné ; enfin, parce que le graphiste-éditeur exerce un contrôle total sur le contenu qu’il publie et sur la mise en page. Il n’a effectivement pas d’autres contraintes que celles qu’il s’est fixées. Sans autre commanditaire que lui-même, le graphiste-éditeur s’adresse dans ses revues à des initiés du design graphique. De ce fait, il jouit d’une grande liberté d’expression, qui lui permet d’explorer de nouvelles formes graphiques et de contribuer par ses travaux, à alimenter la réflexion théorique et critique sur le design graphique.

experimentation-vs-lisibilite-sarah-garcin-15

Ce mémoire analysera donc à travers des revues publiées aujourd’hui, la conception actuelle de leurs auteurs sur le design graphique, et son évolution sur les dernières décennies. La première partie de notre étude portera sur des revues publiées dans les années 1980-1990 et 2000 : Emigre, Octavo, Fuse et Dot Dot Dot. Puis nous analyserons trois magazines qui sont édités aujourd’hui : Back Cover, The Shelf et The National Grid. La comparaison avec les revues issus d’un passé récent permettra de mieux comprendre les positions adoptés par les designers contemporains et de répondre à certaines questions : Quelle est la place de l’expérimentation dans ces publications ? Quel message veulent-elles transmettre ? Comment s’écrit la théorie en design graphique aujourd’hui dans ces magazines ? Le graphiste-éditeur est-il démissionnaire de l’expérimentation ? »

– Sarah Garcin cit. Expérimentation graphique vs diffusion et lisibilité (introduction)