Helvetica – Gary Hustwit

« Helvetica est un long-métrage indépendant sur la typographie, le graphisme et la culture visuelle globale. Il se penche sur la prolifération d’une police de caractères dans le cadre d’une conversation sur la façon dont la typographie affecte nos vies. Le film est une exploration de l’espace urbain dans les grandes villes et sa relation avec la typographie, une discussion fluide avec des designers de renom à propos de processus de création de cette célèbre police ainsi que les choix esthétiques appliques par le designer Max Miedinger. Helvetica est présente dans les mondes du design, de la publicité, de la psychologie et de la communication, et nous invite à prendre un second regard sur les milliers de mots que nous voyons tous les jours. » (cit. iesanetwork.com)

Dans Helvetica sont interviewés : Erik Spiekermann, Matthieu Carter, Massimo Vignelli, Wim Crouwel, Hermann Zapf, Neville Brody, Stefan Sagmeister, Michael Bierut, David Carson, Paula Scher, Jonathan Hoefler, Tobias Frere-Jones, Experimental Jetset, Michael C. Place, Norm, Alfred Hoffmann, Mike Parker, Bruno Steinert, Otmar Hoefer, Leslie Savan, Rick Poynor, et Lars Müller.

« Helvetica est une police de caractères linéale sans empattements (en anglais, sans serif) créée en 1957 par Max Miedinger qui l’a dessinée dans un objectif précis: atteindre l’harmonie optique la plus aboutie possible. Symbole de la typographie suisse, cette police d’une grande lisibilité avec son tracé d’une grande neutralité lui permet de se prêter à tous les usages, si bien qu’elle demeure une des polices les plus utilisées dans le monde et jouit de la faveur des graphistes et typographes.

Le graphiste et typographe Max Miedinger (1910-1980) a conçu l’écriture Helvetica sur mandat de son ancien employeur, l’entreprise de fonderie de caractères Haas à Münchenstein (canton de Bâle), en 1957. L’entreprise fut plus tard reprise par des Allemands. La police d’écriture a d’abord porté le nom de Haas Grotesk. Elle a été rebaptisée Helvetica en 1960. En 1983, la fonderie allemande Stempel a modernisé l’écriture en Helvetica Neu. C’est l’entreprise Linotype qui gère aujourd’hui les licences de la famille Helvetica, qui compte désormais une douzaine de variantes. » (cit. iesanetwork.com)

notebook-1957-May-07