Saul Steinberg – masques

Photographie de couverture :
Saul Steinberg in Nose Mask, New York, September 30 1966 by Irving Penn.

« Le besoin de Saul Steinberg de se représenter les choses et les gens à l’aide de notions schématiques, très simplifiées, le conduisit à la fin des années 50 à la confection de masques en papier. Ce sont des portraits de figures typiques de cette époque mais aussi des caricatures d’une validité intemporelle. Des différences infranchissables entre les êtres et des identités sociales rigides sont ainsi montrées. Ils représentent une chose à la fois effrayante, triste et comique: dans le regard des autres, nous sommes la caricature de nous-même. » (cit. kunsthaus.ch)

« Un masque représente la façon dont les gens veulent apparaître, ce qu’ils veulent être. On pourrait diviser la vie de l’homme en deux parts : sa vie émotionnelle, physique, intime, et sa vie politique et mondaine, où il voit d’autres personnes et a constamment à apparaître dans une forme attendue. Vous devriez toujours porter le même visage et la même expression de façon à être rassurants pour les gens qui vous rencontrent. Les gens sont pris de panique si vous ne vous ressemblez plus ou si vous perdez du poids ou si vous grossissez. »


Saul Steinberg, Le Masque, textes de Michel Butor et Harold Rosenberg,
et photographies de Inge Morath, Paris, Maeght Editeur, 1966.

 
saul-steinberg-masques-index-grafik-05saul-steinberg-masques-index-grafik-07saul-steinberg-masques-index-grafik-04saul-steinberg-masques-index-grafik-03saul-steinberg-masques-index-grafik-02
 

Soumettre un commentaire