Alex Steinweiss

« Alex Steinweiss a inventé la pochette de disque telle que nous la connaissons aujourd’hui, créant une nouvelle forme d’art graphique. En 1940, récemment engagé, ce jeune directeur artistique de Columbia Record’s lance une idée : et si on habillait la bête pochette marron habituelle d’une illustration accrocheuse ? La compagnie décide de prendre le risque, et, en quelques mois, augmente ses ventes de disques de 800%.

Les pochettes de Steinweiss pour Columbia, mêlant une typographie audacieuse à des illustrations élégantes et modernes, ont remporté un succès considérable dans l’industrie du disque et révolutionné la manière dont les disques étaient vendus.

En trente ans, Steinweiss a réalisé des milliers d’œuvres originales pour des pochettes de disques classiques, jazz ou de variétés pour Columbia, Decca, London et Everest, ainsi que des logos, des étiquettes, des supports publicitaires. C’est lui qui a lancé l’âge d’or du graphisme de pochette d’album, influençant par la suite des générations de graphistes.(…)¹ »

Alex-Steinweiss-pochette-Imperial-Orchestra-Under-Rich-Rodgers-1939

« L’histoire de la pochette de disque commence à une époque où le jazz était encore un art populaire. En 1939, un directeur artistique de Columbia Records nommé Alex Steinweiss a soudain l’intuition géniale qu’un disque 78 tours, s’il était emballé dans une pochette illustrée, serait beaucoup plus attractif que les enveloppes en papier épais brun ou gris, trouées au centre, sur lesquelles figurent simplement dans un style dépouillé le nom du musicien et de son œuvre. Désormais, ces tristes emballages, appelés par dérision ‹ tombstones › dans les milieux de la production phonographique, sont condamnés à disparaître peu à peu. En 1940, Steinweiss mettra au point la première pochette illustrée d’un LP (Long Play Record) censée par un graphisme approprié donner une représentation visuelle d’un contenu qui ne s’adresse qu’à l’oreille.

alex-steinweiss-pochette-la-conga-boogie-woogie

L’influence de la pochette décorée sur l’accroissement des ventes ne faisant aucun doute, son modèle deviendra le standard pour tous les disques à paraître dans les quarante prochaines années et ce jusqu’à l’apparition du disque compact qui en modifiera les règles jusque là bien établies. Et Steinweiss lui-même composera plus de 1000 pochettes durant sa prolifique carrière de designer dont certaines seulement dans le domaine du jazz notamment pour Louis Armstrong, Duke Ellington, Benny Goodman et Count Basie.² »

« J’aime tellement la musique et j’avais tellement d’ambition que j’étais prêt à en faire beaucoup plus que ce pour quoi on pouvait bien me payer. Je voulais que les gens entendent la musique en voyant l’œuvre d’art. »

Né à Brooklyn en 1917, Alex Steinweiss entra au lycée Abraham Lincoln au plus fort de la Grande dépression. Il se retrouva là sous l’aile protectrice du directeur du département d’art, Leon Friend, qui eut également comme élèves Seymour Chwast, Gene Federico et William Taubin. Après être sorti diplômé de la Parsons School of Art and Design, Steinweiss fut, pendant trois ans, l’assistant du graphiste autrichien Joseph Binder.

En 1939, il devint le premier directeur artistique de Columbia Records et inventa la pochette d’album. Pendant la seconde guerre mondiale, Steinweiss s’engagea dans la Marine, y dessinant des affiches le jour et continuant à travailler pour Columbia la nuit. Après la guerre, il trouva de nouveaux clients non seulement dans l’industrie du disque (London, Decca, RCA, Everest), mais aussi parmi des distilleries, des studios de cinéma, des revues ou des laboratoires médicaux. Son œuvre a été exposée dans tous les Etats-Unis, et, parmi de nombreuses récompenses, il s’est vu attribuer la médaille de l’American Institute of Graphic Arts (AIGA) ainsi que le prix du Art Directors Hall of Fame pour l’ensemble de son œuvre.³ »

¹ cit. De la musique pour les yeux, taschen.com
² cit. Petite Histoire de la Pochette de Jazz, dragonjazz.com
³ cit. De la musique pour les yeux, taschen.com

alex-steinweiss-couverture-pm-print-magazinealex-steiweiss-stop-hate-idea-1970alex-steinweiss-modern-plasticsalex-steinweiss-pochette-john-kirby-rhapsody-in-bluealex-steinweiss-encyclopedia-of-jazz-on-records-pochettealex-steiweiss-pochette-emperor-teddy-wilsonalex-steinweiss-cole-porter-concerto-in-falex-steiweiss-pochette-ein-helsenlebenalex-steinweiss-portrait


Plus de ressources sur Alex Steinweiss :

alexsteinweiss.com
Un entretiens en Anglais avec Alex Steinweiss sur eyemagazine.com
→ Des articles en anlais sur aiga.org, brainpickings.org, adcglobal.org et des pochettes d’albums sur : birkajazz.com et poulwebb.blogspot.fr
Un très bon article en anglais de Nathan Spoor publié dans Juxtapoz magazine, version PDF ici
Une video de présentation de l’artiste
Un article de Steven Heller sur Alex Steinweiss
→ Des typographies inspirées de la calligraphie de Steinweiss : la Steinweiss Script et Whirled Peas NF
→ Consulter, Les pochettes d’albums, Donner une image à la musique par Guillaume Guibert
Petite Histoire de la Pochette de Jazz, sur dragonjazz.com

Soumettre un commentaire