Studio 8vo

« Pas d’informatique, en tout cas pas de PAO. Un graphisme anglais encore très insulaire et pas du tout au fait du génie typographique suisse. 8vo c’est le parcours étonnant de deux petits britanniques, pris de passion pour la rigueur graphique helvétique, partis étudier sous la férule du Maître Wolfgang Weingart, à Bâle. Revenus à Londres, Mark Holt, Simon Johnston et Hamish Muir, employés au studio de design de Conran, décident d’initier leurs confrères britanniques aux merveilles de la typographie et lancent avec le rédacteur, Michael Burke, à leur compte, le désormais légendaire Octavo dont paraîtra 8 numéros entre 1986 et 1992. Cette revue d’excellence initiera toute une génération de graphistes anglais aux rigueurs typographiques continentales, changeant même la destinée professionnelle de certains d’entre eux. Fermé en 2001, le studio 8vo aura également signé, susciter l’intérêt majeur des grandes publications graphiques, nombre de chartes graphiques et autres créations commerciales. L’histoire créative d’un mythe discret, témoin et acteur d’une révolution créative et technique, qui aura changé la face du design graphique britannique. »

– Léonor de Bailliencourt cit. pixelcreation.fr

 
ffffff
studio-8vo-UK-affiches-Museum-Boymans-van-Beuningen-Rotterdam
studio-8vo-UK-Exhibition-catalogue

« Une feuille de papier de format standard (70 cm x 110 cm), pliée trois fois et coupée sur les bords pour former un cahier de seize pages forme un « octavo ». La revue en a tiré son nom et son format.

Octavo a été fondé en 1986 par 8vo. Quand Holt et Muir ont constitué le studio 8vo en 1985, ils avaient déjà en tête de publier une revue débattant de la typographie. Dans l’édito du numéro 1, les graphistes-éditeurs affirmaient ceci :

Octavo se construit sur le désir de voir une publication indépendante devenir un forum de discussion sur les préoccupations, contemporaines et historiques, portant sur la typographie.

La typographie pouvait provoquer le lecteur, souligner des relations entre textes et images, proposer des contenus. Ainsi durant 6 ans et à travers 8 numéros les membres d’8vo ont expérimenté la typographie et la mise en page dans leur magazine ; accordant une grande importance à sa conception et à son impression.

studio-8vo-UK-octavo
studio-8vo-UK-octavo-02
studio-8vo-UK-octavo-mockup

La revue était imprimée dans la meilleure et la plus chère imprimerie de Londres. Des vernis étaient apposés à certains endroits et un article du numéro 6 de la revue présentait une collection de plaques d’immatriculation, gaufrées afin de représenter leur relief. La revue a suscité un grand intérêt parmi les designers graphiques, en publiant des textes importants liés au design graphique et à la typographie. Par exemple, le numéro 4 de la revue a été totalement consacré aux notes de Wolfgang Weingart pour sa tournée de conférences aux États- Unis en 1972, intitulée « How can one make Swiss typography ? ». Comme illustrations, l’équipe d’Octavo avait des diapositives que Weingart projetait lors de ses conférences. Afin de replonger le lecteur au mieux dans ces conférences et de rendre la luminosité que peut avoir une diapositive, le numéro 4 a été imprimé en négatif. Le fond des pages était en gris sombre et le fond des images en blanc. Les images ont gardé leur format carré d’origine. »

– Sarah Garcin cit. Expérimentation vs lisibilité

Plus de ressources sur le studio 8vo :

hamishmuir.com
→ Consulter l’ouvrage 8vo: On The Outside
→ Différents articles sur eyemagazine.com (1) (2), strabic.fr et cerysmaticfactory.info
→ Consulter le mémoire de Sarah Garcin Expérimentation vs lisibilité
Un aperçu des magazines Ocatvo
A propos de la typographie Tephra


studio-8vo-UK-calendrier-01studio-8vo-UK-uden-associates-ltdstudio-8vo-UK-affiches-Flux-New-Music-Festivalstudio-8vo-UK-hacienda-4-birthday-1986studio-8vo-UK-hacienda-7-birthday-1989studio-8vo-UK-b-vb-mueum-boymans-rotterdamstudio-8vo-UK-the-durutti-column-theaterstudio-8vo-UK-the-durutti-columnstudio-8vo-UK-album