Maximage, Super lithographie

« Comment combiner high-tech et low-tech dans une impression offset ? Les Lausannois David Keshavjee et Julien Tavelli, designers et graphistes, déconstruisent la technique offset pour créer leurs propres codes. Ils appellent leurs recherches ‹ Super Lithographie – Expériences en impression offset ›.

 

Ces créateurs, qui opèrent en duo depuis leur diplôme à l’ECAL en 2008, se distinguent aussi bien par leur façon de travailler manuellement que par leur palette colorée. Aujourd’hui, pour l’impression offset, on utilise en général la technologie ‹ computer to plate ›, c’est-à-dire des plaques offset directement créées à partir de fichiers informatiques. Keshavjee et Tavelli aiment travailler dans l’imprimerie et participer à la fabrication des plaques d’impression: ils associent fichiers informatiques et interventions manuelles directes sur la plaque d’impression en utilisant révélateurs chimiques, gravures, photocompositions ou marquages thermiques. Pour un travail de commande, la pochette de disque du groupe ‹ Honey for Petzi ›, ils n’avaient élaboré que la typographie sur l’ordinateur. Le reste du design a été composé à la main, en se basant sur le principe d’addition et de soustraction d’encre offset sur quatre surfaces carrées. Le contraste entre technologie informatique et interventions manuelles crée un langage novateur et original.

 

Maximage-impression-magique-affiches01Maximage-impression-magique-affiches02Maximage-impression-magique-pochette

 

Quelquefois, David Keshavjee et Julien Tavelli se passent tout à fait de l’ordinateur. Leur travail libre ‹ Les impressions magiques › a, par exemple, été complètement créé à la main. Les dessins ont été faits au moyen de produits chimiques directement sur la plaque offset. Aucune des phases du projet ne peut être annulée et le hasard joue un rôle décisif. Le travail de ce duo de graphistes est singulier et sans compromis. Ils tirent parti de leurs recherches sur les procédés de traitement manuels, jouent avec talent du contraste entre la précision du dessin sur ordinateur et les imperfections de l’intervention manuelle: il en naît des impressions magiques. » (Peter Stohler, cit. swissdesignawards.ch)

 

→ maximage.biz
→ blogs.walkerart.org

 

Soumettre un commentaire