Histoire de l’écriture typographique – Le XXe siècle

Scroll
Histoire de l’écriture typographique – Le XXe siècle | 2 tomes édités par l’Atelier Perrousseaux
Ouvrages collectif rédigés sous la direction de Jacques André.

Il arrive bien souvent que l’on achète un ouvrage pour sa forme ; ils sont omniprésents ses beaux livres bien illustrés et séduisants comme un paon faisant sa roue et nous en mettant plein les yeux, mais qui, finalement nous laissent comme un goût d’inachevé, avec un fond qui n’est pas à la hauteur des apparences. Mais il y a également ceux qui passent inaperçus mais dont le fond mérite vraiment d’être connu, et là je pense notamment au travail de l’atelier Perousseau et tout particulièrement à leur fond dédié à la typographie, qui avec les deux derniers tomes de cette Histoire de l’écriture typographique dédiés au XXe siècle, qui clôt le cycle initié par Yves Perrousseaux en 2006. Cette Histoire, véritable encyclopédie de la typographie, composée au total de 6 tomes, nous retrace l’histoire des caractères d’imprimerie, leur fabrication, leurs usages et implications dans la culture écrite occidentale de Gutemberg à maintenant. Un panorama riche, dense et bien documenté, véritable somme typographique incontournable pour tout les curieux du sujet.

Le XXe siècle représente sans doute la période charnière la plus mouvementée de l’histoire de la typographie selon Alan Marshall : profondes mutations, mélanges, ruptures et continuités sont au programme de ces deux derniers tomes. Ouvrage collectif qui compte notamment la participation de Matthieu Cortat, Roxane Jubert, Alice Savoie, Franck Jalleau, Franck Adebiaye ou encore Thomas Huot-Marchand. Les tomes sont ponctués de pauses, sur des thématiques aussi variées que les lettres pochoirs, la re-création d’un caractère, les classifications, qui permettent une respiration hors chronologie. Mais trêve de bavardage, je vous invite à les survoler pour vous faire votre propre avis. Bonne lecture.

Histoire de l’écriture typographique
Le XXe siècle : de 1900 à 1950

« De 1900 à 1950, les caractères en plomb voient leur fabrication atteindre des sommets en matière de qualité, avant de disparaître définitivement dans la seconde moitié du siècle. C’est donc l’occasion de faire le point sur la gravure de poinçons et la frappe de matrices. À côté de cette tradition, la typographie se modernise grâce aux machines à composer, Linotype et Monotype. Il faut produire des caractères pour ces machines ; les fonderies du monde entier vont s’y employer. D’abord par un retour aux sources (Garamond, Cochin et autres Baskerville qui vont être souvent modernisés) tout en voyant la création de nouveaux caractères pour le plomb perdurer jusque dans les années 1970 (avec les caractères des Mendoza, Excoffon, et même les premiers de Frutiger). Un maître mot durant tout ce demi-siècle : lisibilité ; un chapitre entier est donc consacré aux avancées de cette discipline pratiquement née en France avec Javal vers 1900.

Mais en parallèle, durant la période 1890-1950, la lettre s’ouvre au public. Elle n’est plus uniquement gravée par des typographes, elle est aussi dessinée par des graphistes. Elle n’est plus uniquement l’objet à lire de l’imprimerie, elle devient objet à voir. On ne la trouve plus seulement dans le livre ou la presse, elle se voit dans la rue, sur les affiches, les enseignes de magasins, dans la publicité, les magazines, etc. La lettre devient objet d’étude grâce aux mouvements artistiques tels que Arts Nouveaux, Bauhaus, Art Déco. Les typographes s’appellent alors Auriol, Renner, Tschichold ou Cassandre. Une nouvelle typographie est née […] » (cit. adverbum.fr)

Histoire de l’écriture typographique
Le XXe siècle : de 1950 à 2000

« La lettre ne se déclinait guère, jusqu’en 1900, qu’en lettre d’imprimerie ou en lettre manuscrite. Au XXe siècle, ces lettres à lire vont être complétées par celles, mécaniques, du bureau (machines à écrire), et par des lettres à voir, celles, graphiques, utilisées en communication (affiches, magazines, signalétique). Puis, à partir de 1950, plusieurs révolutions technologiques vont bouleverser les typographies de ces trois mondes (livre, bureau, graphique) au point de les faire converger vers ce qui est devenu « la typographie ».

En 1950, l’invention de la photocomposition (optique puis informatique) conduit à la disparition du plomb et oblige les grands dessinateurs de caractères à réfléchir sur le concept de fonte. Peu après, le concept de lettre transfert permet à toute une nouvelle génération de typo-graphistes de diffuser, plus facilement qu’en plomb, leurs créations. En parallèle, l’informatique naissante s’intéresse à la lettre pour les besoins des scientifiques et de la bureautique et apparaissent ainsi les premiers systèmes de dessin de caractères. En 1975 l’invention de l’imprimante à laser et de ses logiciels de pilotage marque une nouvelle étape. Les choses vont alors très vite avec les formats de fonte, la guerre des polices, Unicode et les standards de caractères, pour arriver à une typographie unique utilisable par les éditeurs, les graphistes, les secrétariats, tant sur papier que sur écran (d’ordinateurs, d’affichage urbain ou des téléphones portables).

La création typographique a d’abord été une adaptation de l’existant aux nouvelles technologies. Les fontes d’aujourd’hui proposent des milliers de caractères différents dans des centaines de variantes graphiques. Mais ces nouveautés technologiques, et leur facilité d’emploi, a conduit à une multitude de fontes que l’on commence à peine à pouvoir cataloguer selon des concepts comme la typographie expressive ou le post-modernisme […] » (cit. adverbum.fr)

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *