Charles Loupot

portrait-charles-loupot

«  Charles Loupot est le plus intéressant des graphistes actifs de l’avant guerre. Il réussit à styliser le symbole traditionnel des vins Nicolas (…) et, en 1945, il retoucha le logotype qu’il avait conçu pour Saint-Raphaël pour le rendre plus anguleux. Il divisa le nom en plusieurs parties et utilisa les unités abstraites constituées par les syllabes St-Ra-pha-ël sur les murs, les camionnettes et dans les publicités.¹  »

charles-loupot-saint-raphaelcharles-loupot-affiches-saint-raphael-declinaisons

«  En 1945, Charles Loupot fait appel à Werner Häcshler, un jeune graphiste suisse, pour établir un système modulaire qui impose un schéma rigoureux de construction de l’ensemble des visuels. Rolf Ibach rejoint l’atelier en 1949, où il est chargé d’appliquer l’identité à chaque type d’images. Il assure la suivi de l’installation des murs peints, le marquage des véhicules et réalise des stands d’exposition. Les déclinaisons font l’objet de jeux de formes et de couleurs tendant de plus en plus vers l’abstraction, d’autant qu’au milieu des années 1950, en raison des mesures prises contre la publicité des boissons alcoolisées, le nom de la marque doit occuper un espace plus restreint au sein des compositions.²  »

«  La campagne va prendre une ampleur extraordinaire. Loupot va vouloir en maîtriser tous les éléments. Aucun support, aucun objet ne lui échappera. Et pour faire face à l’importance du travail, Augier donne à Loupot les moyens nécessaires : une autonomie de travail au sein d’une agence (Les Arcs), véritable entreprise dans l’entreprise qui lui permet de s’adjoindre trois collaborateurs suisses, leur rigueur lui étant famililière depuis longtemps. Les éléments graphiques, utilisés sur les panneaux rythment aussi l’intérieur des autobus, les flancs des trains : de véritables frises horizontales occupent ainsi des surfaces très allongées. Loupot crée un code visuel qui recule ainsi les limites de la lisibilité et qui, grâce à sa simplicité, va offrir un ensemble de combinaisons capables de s’adapter à des supports de tailles très différentes. Les recherches pour ta campagne St Raphaël s’étendront jusqu’au début des années 1960. Loupot met en place l’un des tous premiers systèmes de communication globale en France.³  »

atelier-loupot-mur-saint-raphaelstudio-loupot-saint-raphael-identitecharles-loupot-schema-saint-raphael-identite

«  Aujourd’hui, une affiche ne peut plus être anecdotique ou descriptive. Elle est faite pour être vue à cent à l’heure, d’un train ou d’une auto.⁴  »

«  Bien que sa carrière s’étende des années 1920 jusqu’au début des années 1960, Charles Loupot s’inscrit dans l’histoire de l’affiche comme un des créateurs majeurs de la période de l’entre-deux-guerres, aux côtés de Cassandre, Jean Carlu et Paul Colin.⁵  »

«  Jean Cocteau, qui avait des vues sur la question, soutenait: ‹ L’affiche doit faire de l’œil. › Charles Loupot savait aguicher. Né à Nice le 20 juillet 1892, cet affichiste méconnu concilia les impératifs de l’art graphique et les contraintes mercantiles de la publicité.

Créateur du fameux ‹ bonhomme en bois › des Galeries Barbès et des deux garçons de café de la société Saint-Raphaël, il s’illustra par sa rupture totale avec la ‹ réclame › triste et conventionnelle. Révélé en France en 1923, grâce à ses affiches pour les automobiles Voisin, il imposa son trait expressif, lumineux et épuré. Passionné par la lithographie et la typographie, Charles Loupot n’hésitait pas à conserver les ‹ accidents › de son esquisse pour accentuer la ‹ vibration › de ses compositions.

Il disparut le 18 octobre 1962 au terme d’une trajectoire tendue vers le dépouillement. ‹ Après cela, il n’y a plus rien ! ›, a dit Bernard Villemot en évoquant son art.⁶  »

¹ Richard Hollis cit. La typographie suisse du Bauhaus à Paris
² Michel Wlassikoff, cit. Histoire du graphisme en France
³ cit. design(s): de la conception à la diffusion
⁴ Charles Loupot cit. film-documentaire.fr
⁵ cit. wikipedia
⁶ Pascal Paillardet, cit. lavie.fr

 

charles-loupot-affiche-reclame-cafe-martin-twiningcharles-loupot-affiches-huile-raoul-citroencharles-loupot-galerie-barbes-col-van-heusen

Plus de ressources sur Charles Loupot :

→ Une analyse très pointue de l’affiche Twining, par Pierre Fresnault-Deruelle
→ Biographie & images sur les sites advertisingtimes, leroux.andre & des arts décoratifs.
Video, Charles LOUPOT, affichiste Nivernais sur le site de l’INA
→ Un peu de lecture sur le sujet dans les ouvrages design(s): de la conception à la diffusion et La typographie suisse du Bauhaus à Paris.

Soumettre un commentaire