Angela Detanico et Rafael Lain – Systèmes d’écriture

« Utilisant la vidéo, la photographie, l’animation d’images informatiques ou l’alphabet, Angela Detanico et Rafael Lain réalisent une œuvre des états transitoires qui présentent une vision fragmentée ou parcellaire de la réalité. L’esthétique qu’ils développent s’inscrit souvent dans un processus soustractif qui va de la transposition à l’anéantissement, la disparition du sujet.

Linguiste et graphiste, ces deux artistes ont commencé à travailler à partir de référents communs : le mot et plus spécifiquement la lettre. Ils ont inauguré plusieurs systèmes d’écriture à partir d’alphabets et de polices de caractères existants qu’ils ont transformés, comme Utopia (2001) dont les lettres ont été méthodiquement remplacées par des dessins. Les capitales font allusion à l’architecture moderniste de Niemeyer alors que les caractères en minuscules représentent des éléments issus du mobilier urbain et ordinaire du Brésil. La communication passe ici par l’image, le pictogramme. Quant au système d’écriture Pilha (Antes de mais nada, 2003), il développe des lettres composées d’objets identiques dont le nombre varie en fonction de leurs positionnements dans l’alphabet. Ainsi ces lettres s’incarnent-elles dans une certaine quantité d’éléments réels, notamment des piles de briques, des cageots ou des cartons. Les lettres ont un poids, une densité. La communication passe par le geste et le corps qui, physiquement, construisent et édifient un langage. La densité est aussi à l’origine d’Helvetica concentrated (2004), réalisé en collaboration avec Jiri Skala. Dans cette police, la lettre est représentée par un point de taille variable qui reprend précisément la quantité d’encre nécessaire à son impression.

Utilisée notamment dans la série Le nom des étoiles (2007), cette fonte propose une sorte de principe d’équivalence plastique entre le texte et l’image. Ainsi métamorphosées en disques, les lettres se superposent les unes aux autres et rendent toute lecture difficile voire impossible, mais ‹ permettent de visualiser une image-texte ›. Les deux artistes considèrent ‹ les mots comme des choses que l’on regarde et non comme une coquille qui amène le sens ›. Le trouble réside dans le rapport formel qu’entretiennent la lettre ainsi représentée et son image qui s’apparente à celle d’une étoile, illustrant la formule du dadaïste Hugo Ball en 1916 : ‹ Le mot et l’image ne font qu’un. › Le nom des étoiles, écrit à l’aide de ces cercles concentriques blancs, rayonne et diffuse une certaine lumière. Il irradie au-delà des limites qui lui sont imparties. […] »

→ Line Herbert-Arnaud cit. Angela Detanico et Rafael Lain : entre transposition et disparition

detanicolain.com
leseglises.chelles.fr
paris-art.com
jeudepaume.org

Angela-Detanico-Rafael-Lain-alphabet-typographie-utopia

Angela-Detanico-Rafael-Lain-alphabet-typographie-utopia-03Typographie Utopia, 2001
Angela-Detanico-Rafael-Lain-helvetica concentratedHelvetica concentrated, 2004

Angela-Detanico-Rafael-Lain-le-nom-des-etoiles-02Angela-Detanico-Rafael-Lain-le-nom-des-etoiles-02

Angela-Detanico-Rafael-Lain-le-nom-des-etoilesLe nom des Etoiles, 2007

Angela-Detanico-Rafael-Lain-alphabet-braille-ligado

Angela Detanico Rafael Lain Sobre corAngela-Detanico-Rafael-Lain-Sobre-cor-02Angela-Detanico-Rafael-Lain-double-sens